La culture et la récolte de l’harpagophytum

On parle très souvent de l’harpagophytum et de ses effets, mais beaucoup plus rarement de son mode de culture, de sa récolte et de sa préparation. C’est parti …

L’harpagophytum, ça pousse où ?

L’harpagophytum est issu des zones semi désertiques de la savane, au sud ouest de l’Afrique (Namibie, Botswana, région du Kalahari en Afrique du Sud). Des essais d’acclimatation ont été menés avec succès à Madagascar, mais ceci reste anecdotique.

Et ça ressemble à quoi ?

L’harpagophytum doit son surnom de « griffe du diable » à son fruit hérissé de pointes qui fait bondir les gazelles lorsqu’elles se font piquer (d’où l’expression).
L’harpagophytum produit de belles fleurs de couleur jaune et rose, la tige rampe sur le sol. Les racines de la plante descendent profond (près de 1,5m) dans la terre et comportent des « poches » qui constituent une réserve d’eau. C’est ce tubercule qui est utilisé médicalement.

La culture et la récolte de l’harpagophytum :

Les plans d’harpagophytum sont plantés sur des buttes espacées de plusieurs mètres, afin de pouvoir facilement creuser pour aller extraire les tubercules des racines secondaires (je rappelle qu’il faut creuser sur plus d’un mètre de profondeur, et que les tubercules sont étalés sur près de deux mètres, que qui fait, au final, des trous assez gros).

Les tubercules (qui ressemblent aux pommes de terre que l’on connait dans nos régions) sont lavés puis coupés en rondelles (afin de ne pas pourrir, la chaleur les abime très rapidement s’ils restent entiers). Ils sont ensuite mis à sécher au soleil. pendant cette phase ils perdent jusqu’à 90% de leur poids (on compte en général 12 à 14 kg d’harpagophytum séché pour 100 kilogrammes de tubercules récoltés).

La filière ESR :

Certains fabricants ont choisi de mettre en place une filière respectant le cahier des charges ESR (échanges Équitables, Solidaires et Responsables), qui garantit un nombre d’intermédiaires limités ainsi qu’une répartition juste et transparente des revenus entre les différents acteurs de la filière. Au final, les produits sont légèrement plus chers, mais l’utilisateur bénéficie de l’assurance d’une filière qui sera stable dans le temps, tout en bénéficiant d’un produit de bonne qualité (en général les filières ESR bénéficient également d’une certification AB – Agriculture Biologique).

La préparation en laboratoire :

Une fois récolté et séché, l’harpagophytum est expédié en laboratoire, afin d’y être analysé, préparé puis conditionné avant d’être distribué.

La première étape consiste en une analyse, afin de déterminer la teneur en harpagosides; il existe deux variétés d’harpagophytum, difficiles à différentier, dont seule une est réellement utilisable car contenant suffisamment de principes actifs. Les produits de moins bonne concentration sont destinés aux produits « discount » que l’on trouve dans certains supermarchés et chez les marchands ayant les tarifs les plus agressifs. Les produits dit « normaux » sont ceux que l’on trouve généralement chez les distributeurs et marques spécialisées. Reste enfin les produits « premium », qui sont utilisés pour produire les extraits titrés (=teneur garantie en harpagosides).

La seconde étape consiste en la préparation de l’harpagophytum en vue de son conditionnement. Elle commence en général par un broyage mécanique, certains fabriquant procèdent à un broyage à très basse température (cryobroyage), qui permet de conserver jusqu’à 30% de composants actifs supplémentaires. Après cette étape on dispose d’une fine poudre que l’on va ensuite conditionner.

Le conditionnement de l’harpagophytum :

Le conditionnement peut prendre plusieurs formes :

  • conditionnement en gélules : la poudre est pesée et insérée dans les gélules, généralement en gélatine. Une gélule d’harpagophytum contient généralement entre 200 et 350 mg de poudre d’harpagophytum. C’est la forme la plus souvent rencontrée, un pilulier contient généralement entre 60 et 300 gélules.
  • conditionnement en comprimés : la poudre est pesée puis pressée à l’aide d’une machine. Ce mode de fabrication permet une plus grande concentration des composants actifs pour un volume identique (en général 450mg au lieu d’environ 300 mg pour une gélule); un pilier contient en général 75 à 200 comprimés.
  • conditionnement en ampoule, sous forme d’extrait aqueux : la poudre est dissoute dans de l’eau pour extraire les composants actifs. Le mélange est ensuite filtré puis conditionné en ampoules. Ce mode de préparation permet de préparer des doses de l’ordre de 1300 à 1600 mg et est très facile à consommer (il suffit de mélanger une ampoule avec de l’eau ou un jus de fruit). Une boîte d’ampoules contient en général 20 ampoules, mais on trouve aussi des boîtes de 5 et 30 ampoules.
  • conditionnement en teinture mère : la poudre est mélangée à de l’alcool afin d’extraire les composants actifs, puis le mélange est filtré. La teinture mère est ensuite conditionnée en flacons ou bouteilles. C’est souvent cette forme qui est utilisée lors des usages vétérinaires (notamment pour les chevaux). Son principal inconvénient est qu’il est difficile de doser précisément le produit.

Vous aimez ? Alors partagez !

 

15 commentaires pour “La culture et la récolte de l’harpagophytum

  1. J ai acheter de l l harpagophytum sur un site internet (xxxxx et xxx) je voudrais savoir si ce site est sérieux il se situe dans le Tarn et garonne ce qui me soucie c est que bien qu il soit indiqué certifié bio la formule Teneur garantie en harpagosides ne figure pas si quelqu’un peut me renseigner je l en remercie

    • Bonjour,

      La teneur en harpagosides n’est pas une mention obligatoire. Le fait de l’indiquer est un gage de sérieux, mais (très) peu de fabricants le font. il ne faut pas écarter une marque s’il manque cette information.

      Cordialement,

      gg

    • Je désire faire une tentative de culture de harpagophytum chez-moi, puis je savoir si votre expérience a été concluante?
      Si oui, me donner les coordonnées de la pépinière pour commander quelques essais.
      Vous remercie à l’avance.

  2. Je cherche désespérément de la teinture mère en teneur garantie en harpagosides, avant les pharmacies pouvait m’en procurer, mais avec l’Europe impossible d’avoir autre chose que des gélules, or leur efficacité n’ai pas la même sur moi.
    Existe-t-il une filière ou je puisse m’en procurer ? J’ai cherché sur internet peu être mal !…
    Qu’elle qu’un à t’il un solution, pour me procurer ce médicament ancestral de base que l’on pouvait avoir facilement avant !… merci d’avance

    • bonjour
      j’ai vu que vous recherchez la plante directement pour ces valeurs
      car les gelules ne sont pas suffisament efficace
      je recherche egalement cette solution en direct
      pouvez vous m’aider
      merci d’avance
      christian

  3. Je souhaite cultiver cette plante. Puis je obtenir de la documentation sur son cycle (période semis, floraison, récolte) et sur les conditions climatiques favorables (température, ensoleillement, régime des vents, altitude)

    • Bonjour,

      Je suis étudiante en herboristerie en Belgique, et je suis occupée de réaliser une travail de fin d’études sur cette plante. Je n’arrive pas à trouver d’informations sur le cycle de la pante, la période de récolte, etc … Pouvez-vous m’aider?
      Merci.

      • Bonjour,

        J’ai souvenir d’un internaute qui a tenté la culture de l’harpagophytum, dès que je retrouve ses coordonnées, je vous les envoies, il saura surement vous donner des informations.

        Cordialement,

        gg

  4. bonjour,
    je suis a la recherche de graine ou de bouture d’harpagophytum. Pouvez vous m’indiquer un revendeur de cette plante.

    je vous remercie par avance
    cordialement

    • Bonjour Jean Charles,

      Il n’y a pas, à ma connaissance, de vendeur de graines d’harpagophytum. Je ne suis pas sûr que la plante puisse pousser sous nos climats (trop froid à mon avis), mais GRANON signale avoir réussi à l’acclimater en Espagne.

      Je vais lui demander s’il peut vous procurer graines et/ou boutures.

      Cordialement,

      gg

  5. j’ai commencé à cultiver cette plante en espagne elle a l’air de bien s’acclimater,
    si vous souhaitez des photos de harpagophytum procumbens laissez moi votre Email

    • Bonjour,

      Message à l’intention de GRANON : je suis intéressé par la culture d’Harpagophytum. Puis-je vous contacter par email?

      Merci

      Cicadelle

    • Hola Granon,
      Nous sommes aussi français vivant en espagne. Nous avons un jardin créé dans un terrain à vigne et également une oliveraie, donc terre très légère, région Alicante. Ou pourrait-on trouver des graines ou des boutures car tant de gens souffrent et pouvoir les soulager serait un plaisir. tiens nous au courant si ce n’est pas trop te demander.
      Cordialement.
      Eliza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *